AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
anipassion.com
Partagez | 
 

 Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Internet Puke
Admin
avatar

Nombre de messages : 10622
Age : 29

MessageSujet: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Mer 9 Nov 2011 - 12:59

Du côté de Vaise, les vieux bâtiments massifs sont remplacés progressivement par des résidences modernes... et l’espace « public » qui va avec...


Chapitre 1 : Un petit « jardin de poche » tout frais re-cons­truit

Du côté de Vaise, quar­tier du Grand Lyon en pleine expan­sion [1], économiquement dyna­mi­que avec ses sec­teurs à forte valeur ajou­tée et tech­no­lo­gie de pointe, les vieux bâti­ments mas­sifs des locaux de pro­duc­tion indus­triels sont rem­pla­cés pro­gres­si­ve­ment par des rési­den­ces moder­nes et bien entendu sécu­ri­sées par digi­code et badge RFID (contre-exem­ple à dis­po­si­tion sur la vue de l’état ori­gi­nal, avec la cons­truc­tion d’un immeu­ble de bureaux).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Accompagnant ce ras­su­rant glis­se­ment vers un uni­vers urbain lissé de ses ver­rues et autres aspé­ri­tés sour­ces d’un désa­gréa­ble sen­ti­ment d’insé­cu­rité, un petit espace vert ô com­bien insa­lu­bre a dû être refait à neuf, afin de régé­né­rer l’image de ce coin de rue, pour la plus grande satis­fac­tion des pro­mo­teurs et autres inves­tis­seurs tou­jours heu­reux lors­que l’on paye pour eux.

Nous ne nous inter­ro­ge­rons pas ici sur l’uti­lité de ce ré-amé­na­ge­ment, ni sur l’ori­gine du finan­ce­ment de celui-ci, en revan­che, mon obses­sion para­noïa­que me pous­sera à regar­der ce qui a maté­riel­le­ment changé, et de quelle manière...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Voici donc une liste d’obser­va­tions (dans le désor­dre, bien évidemment) :

1) Un banc a été remplacé, les autres supprimés.

Le nou­veau modèle, beau­coup plus moderne, dis­pose de 2 plan­ches au lieu de 4 pré­cé­dem­ment pour le dos­sier, le dos­sier est main­te­nant moins incliné et sup­prime enfin cette ten­ta­tion de s’ava­chir sur les banc publics, ce qui est une inno­va­tion indé­nia­ble... Mais la plus grande ne vous aura sans doute pas échappé pour encore plus de confort, il dis­pose d’accou­doirs : pour se repo­ser les bras en lisant et bien déter­mi­ner son espace par rap­port à un hypo­thé­ti­que voisin bancal, pra­ti­que, non ? l’autre avan­tage bien connu, et qui vaut à ces accou­doirs autant de succès dans nos villes est sa pro­priété anti-cou­chette, qui empê­che de piquer un rou­pillon confor­ta­ble au pre­mier clo­chard venu.

2) Des chaises ont remplacé des bancs.
De type « urbino », comme beau­coup de mobi­lier urbain du Grand Lyon, ces chai­ses ont l’avan­tage majeur sur les bancs d’être in-di-vi-duel­les !! Et cela suffit bien entendu à en amé­lio­rer nota­ble­ment le confort. Ce confort est ren­forcé par la sup­pres­sion de 4 places assi­ses (si on compte que des citoyens hon­nê­tes sont prêts à s’entas­ser à 3 par banc) sur l’ensem­ble de ce minus­cule parc, pas­sant de 12 à 8, ce qui permet au tra­vailleur fran­çais fourbu de res­pi­rer un peu mieux. Sans comp­ter le banc sup­primé sur le trot­toir, à proxi­mité de l’Abribus® [2], le banc qui équipe ce sup­port publi­ci­taire est, il est vrai, lar­ge­ment suf­fi­sant et bien plus confor­ta­ble.

3) Le graffiti a été nettoyé par la ville de Lyon.
Ce qui se reconnaît à la teinte cha­leu­reuse des pein­tu­res uti­li­sées pour faire recou­vrir les tags, oscil­lant déli­ca­te­ment entre le gris souris et l’orange-rosé sub­ti­le­ment délavé. On y dis­tin­gue la marque du bon goût qui n’a pas peur de repein­dre 8m2 pour camou­fler une signa­ture bien plus petite mais d’une cou­leur beau­coup trop vive qui irri­tait la rétine des pas­sants hon­nê­tes.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

4) Un muret de fil de fer a été tendu.
Afin de ne pas porter atteinte à la sainte pro­priété privée par d’irres­pec­tueu­ses plan­tes vertes pous­sant anar­chi­que­ment sur la façade co-pro­priée, l’on a été couper quel­ques arbres dans une forêt à l’exploi­ta­tion rai­son­née afin de main­te­nir droits quel­ques mètres linéai­res de ver­dure grim­pante. Mais bien évidemment on saluera sur­tout ici le bien-fondé de ce mur végé­tal qui dis­suade les salo­piauds de tagueurs de venir faire leur gri­bouilla­ges mas­tur­ba­toi­res en cet endroit précis... On pourra bien sûr arguer que cela leur permet de monter dessus et de réa­li­ser des dégra­da­tions volon­tai­res par jet d’encre un peu plus haut, voire au-dessus de la limite règle­men­taire de net­toyage du contrat « façad’net » (4m) mais heu­reu­se­ment le tagueur est bête et aviné, comme chacun sait, et cet arti­fice reste donc tout-à-fait à-propos.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

5) Les petits bosquets ont été remplacés par des fils de fer.
Nouvelle ten­dance qui ne manque pas de classe, le fil de fer pour clore un espace... lors des pro­chains couvre-feux, il ne man­quera que les poin­tes à rajou­ter pour en faire du bar­belé ! De sur­croît, bien que ces fils ris­quent de sur­pren­dre plus d’un mal-voyant, ils offrent le net avan­tage sur le bos­quet de lais­ser voir ce que font les per­son­nes assi­ses sur les bancs. La pre­mière mou­ture du par­cou­net n’était pas la pire dans le genre maquis-camou­fleur-de-la-racaille puis­que la végé­ta­tion était déjà bien rase, arri­vant à hau­teur de genou, mais doré­na­vant on pourra s’assu­rer, avant d’entrer dans ledit par­cou­net que les indi­vi­dus qui y sta­tion­nent confor­ta­ble­ment accou­dés sur les chai­ses rou­lent des ciga­ret­tes homo­lo­guées et ont de saines lec­tu­res, ce qui, encore une fois me ras­sure bien !

6) Des grilles protègent les accès extérieurs
De cette manière, un affamé qui se posera en des­sous pourra recueillir de la viande hachée lors du pro­chain incen­die...En atten­dant, les voleurs et autres vils bri­gands de grands trot­toirs ou de petits parcs pour­ront tou­jours uti­li­ser le mur végé­tal anti-tag pour attein­dre un point sans bar­reaux, à condi­tion d’être moins aviné qu’un tagueur, ce qui laisse quand même un grand espoir à la bonne société ! De toutes maniè­res si ce mur défen­sif se met à gêner, on le cou­pera comme les pré­cé­dents arbres qui lais­saient un peu trop de faci­li­tés pour jouer aux singes cam­brio­leurs.

7) Il fait beau maintenant, et ça aussi, ça compte pour attirer les portes-monnaies !

Notes
[1] « 2e phase : 2008 – 2015 62 500 m2 SHON de bureaux et d’activités et 52 000 m2 SHON accueillant environ 500 logements ainsi que des équipements publics (école, centre social, etc.) seront construits sur le secteur », vu sur le site qui vend la ville aux entreprises : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] .
[2] « Abribus », Marque déposée par JC Decaux.


Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Bien que ne ciblant qu'un lieu, j'ai trouvé ce petit article pertinent, il dénonce clairement et avec un brin d'humour les véritables but des nouveaux aménagements urbains : Interdire les rassemblements de personnes et la communication entre les individus (en imposant un individualisme forcé en quelque sorte, demandez-vous par exemple pourquoi les designer n'ont pas choisi à la place des chaises des bancs de type Exedra ?), empêcher aux clochards de dormir sur les banc, freiner l'expression artistique urbaine, contrôler la nature et lui donner un aspect geométrique non-naturel...

On veut des villes belles et lisses, sans grafftis et sans SDF (ça fait tâche dans l'décor), et pour ce faire on vide les villes de leurs âmes, je trouve ça dommage, pas vous ?
Revenir en haut Aller en bas
http://jim-howl.tumblr.com/
Candide

avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22

MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Mer 9 Nov 2011 - 13:15

Ouaip, c'est triste. L'article est drôle mais dénonce un environnement quotidien, dans lequel j'ai vécu et dans lequel je vivrais à nouveau. x) J'trouve ça carrément navrant, ça pue la propreté, les géométries rigides et l'isolement. Puis ça m'fout le morale en l'air de voir qu'on en est arrivé à un point où on prend des mesures pour enfoncer, encore plus qu'ils ne le sont, les SDF dans la merde. Fin, comprend vraiment pas que ce soit admis, et d'une telle façon. C'est dingue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Mer 9 Nov 2011 - 13:27

Les rassemblements, s'pas nouveau. Des qu'on est plus de 2 dans un meme endroit, t'as toujours un vieux qui ralera et appellera les flics qui devront faire une descente papiers et qui demandera qu'on se disperse.

Pour les bancs, s'pareil pour toutes les grandes villes.
le pire etant ces bancs trop hauts, lisses mais en pente disons, ou si tu fais un metre 75, tu peux te poser dessus et juste reposer tes fesses..
ou les mono sieges ouep.

Mais on retrouve ça que dans les grandes villes. Principalement du moins. Ou quand il y a trop de sdf...
par contre vaise, c'est loin d'être un quartier tranquille.. faut le noter. Ca "ajoute" au fait qu'ils enlevent et "protegent"...

Pour l'ame de Lyon, c'est pas a Vaise qu'il faut la trouver. C'est le vieux lyon, perrache, bellecour, fourviere. Et ces endroits se meurent, a cause des riverains qui depuis 5ans, refusent que les gens qui sortent... sortent. Parce que ca fait du bruit, etc.
et sur les quais, y a trop eu de gens bourres alors ils veulent plus qu'on y fasse des soirees.
c'est pas tant la ville qui ne veut pas vivre, mais ses riverains qui la tuent.
Les tags, y en a pas tant que ca de base a lyon. On est une ville fleurie, propre, riche. Cause a effet d'une proximité avec la suisse et sur l'axe n/s, paris/marseille, avec tous les transports possibles et imaginables et une peripherie qui s'etend a plus de 50km.
on est moins nombreux qu'a paris mais les routes et trains sont surchargees par les gens qui viennent.
et au niveau culturel, on a certes moins de "choses" a voir a paris, en batiments, expo etc, mais quand j'etais a paris, j'ai rarement vu des musees et expo aussi vides...
enfin, tout est une question de perspective.
Revenir en haut Aller en bas
Internet Puke
Admin
avatar

Nombre de messages : 10622
Age : 29

MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Mer 9 Nov 2011 - 13:42

Oui enfin, d'un côté je me sers de cet article pour parler des villes en général, par exemple à Montpellier j'ai déjà vu moults aménagements de ce type, j'eN ai même vu à Sète une petite ville voisine...Et ça prends même dans certains villages, genre ils changent les bancs des abribus pour ceux avec les deux petits séparateurs qui empêchent les SDF d'y dormir.

J'ai rien contre une ville propre, fleurie et qui déborde de culture, mais de là a aseptiser les lieux, faut pas abuser non plus. Une ville sans graffitis, sans vieux banc en bois tout bousillés plein de merdes d'oiseaux, avec des arbres ovales et des bosquets carrés, je trouve ça repoussant et profondément triste, froid et déshumanisé.
Revenir en haut Aller en bas
http://jim-howl.tumblr.com/
Candide

avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22

MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Mer 9 Nov 2011 - 13:47

+1111
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Mer 9 Nov 2011 - 13:49

Vous ne croyez quand même pas sérieusement que c'est les empêcher de se foutre sur un banc qui va enfoncer les SDF ?
Je parlerai plutôt du manque de réponses institutionnelles, du faible soutien au associations privées, du manque de formation des travailleurs sociaux à la rencontre et l'accueil de ce public et au nombre de places disponibles dans des CHRS qui sont juste risibles.

Laisser un clochard dormir sur un banc ça n'est pas forcement lui rendre service. Après bien sur, je dis ça de ma vision d'étudiant en carrière sociale, il semble évident que dans ce cas c'est pour éviter leur présence en un lieu qui doit rester "propre". Mais dire qu'empêcher un SDF de dormir sur un banc c'est l'enfoncer, non. C'est une dérive ok, mais l'enfoncement viens plutôt comme je le dit au début du manque de réponse cohérentes que l'on offre à ces situations.

Le fait pour l'institution de vouloir pootrer les clodos et vagabond est loin d'être nouveau, actuel, ça n'a donc pas grand chose d'étonnant aujourd'hui. Le manque de contrôle sur cette population vagabonde faisait déjà peur à l'institution étatique au cours du Moyen-Âge. A cette époque déjà, l'Etat interdisait tout vagabondage et n'attribuait le droit de mendicité qu'aux personnes qui ne pouvaient pas travailler du fait d'une déficience. Il y a même eu pendant un moment au XIXe un livret ouvrier dont le but était de restreindre les mouvements des ouvriers, comme un passeport intérieur. En gros, un ouvrier qui marchait dans la cambrousse quelque part en France pouvait être foutu en taule si il n'avait pas son foutu papelard. Le flicage existait bien avant Sarko-Z.
Revenir en haut Aller en bas
Candide

avatar

Nombre de messages : 109
Age : 22

MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Mer 9 Nov 2011 - 13:56

J'ai du mal à saisir où tu veux en venir. Laisser un banc à un SDF ce n'est pas lui rendre service, sûre, on le préférerait sous un toit, hein. Mais, le lui retirer, en quoi ce n'est pas l'enfoncer ? J'veux dire, dans la mesure où, à coté de ça, on ne prend aucune mesure un petit peu empathique ?

J'ai du mal à comprendre, là.
Revenir en haut Aller en bas
Internet Puke
Admin
avatar

Nombre de messages : 10622
Age : 29

MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Mer 9 Nov 2011 - 13:59

+1

d'autant plus qu'en l'empêchant de dormir sur un banc, on l'empêche de salir le décor public, c'est logique...
C'est sans parler de tous les autres anti-sites : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

C'est pas nouveau de vouloir rejetter les SDF, ce qui est nouveau c'est de se servir du design comme d'une excuse pour le faire.

Revenir en haut Aller en bas
http://jim-howl.tumblr.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Mer 9 Nov 2011 - 14:17

Candide a écrit:
J'ai du mal à saisir où tu veux en venir. Laisser un banc à un SDF ce n'est pas lui rendre service, sûre, on le préférerait sous un toit, hein. Mais, le lui retirer, en quoi ce n'est pas l'enfoncer ? J'veux dire, dans la mesure où, à coté de ça, on ne prend aucune mesure un petit peu empathique ?

J'ai du mal à comprendre, là.

Je dis justement que le coup du banc reste anecdotique, c'est quand même pas ça qui va changer sa vie, à lui, de son prisme. Je ne considère pas que ce n'est pas dégueulasse, mais à ce sujet y'a quand même des chevaux de bataille plus sérieux... C'est l'arbre qui cache la forêt en somme.

Et je dis aussi qu'il est faux de croire que "l'on en arrive à un point où on enfonce encore plus les SDF", c'est le cas depuis presque 1500 ans !

Pour bien comprendre le traitement réservé aux SDF dans nos sociétés, il faut avant tout s'intéresser à la vision historique que l'Etat porte à leur égard (j'ai un cours sur les fondements de l'éducation spécialisée pour ceux que ça intéresse). On se rend compte alors que, loin d'être franchement nouveau (hormis peut être les outils où les prétextes utilisés, j'accorde ce point à Ana'), cela traduit plutôt un retour en arrière, et c'est dangereux car cela remet en cause à la fois les raisons valables de lutter contre la marginalisation (Sarkozy n'avait pas un objectif de zéro SDF en 2008 pour des valeurs humanistes, mais par sauvegarde de l'équilibre de la société de nos enfants...), et que cela se retrouve caché par un discours de façade lisse et bien pensant.
Revenir en haut Aller en bas
Internet Puke
Admin
avatar

Nombre de messages : 10622
Age : 29

MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Mer 9 Nov 2011 - 14:24

Je pense que les personnes qui dénoncent les anti-sites ne se contentent pas de faire ça, elles savent que le problème est bien plus profond et profondément ancré dans notre société.

Mais mine de rien, même si c'est pas le problème le plus important, pour un SDF pouvoir dormir sur un banc plutôt que sur du béton froid en hivers, ça change plus que ce que nous, confortablement installés dans nos lits, pouvons imaginer. Je suis d'accord pour dire que socialement c'est pas le débat number one, mais dans le quotidiens d'un SDF y'a des priorités toutes simples qui sont entre autres : manger et dormir sans risquer sa vie.

Ton cours m’intéresse ceci-dit ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://jim-howl.tumblr.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Mer 9 Nov 2011 - 14:31

J'uploaderai ça ce soir, d'ailleurs je ferai bien un détail de l'ensemble des cours que j'ai pour les partager avec ceux qui s'intéressent au questions de l'éducatif adapté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Mer 9 Nov 2011 - 14:55

/me est preuneuse Smile
ma mere se reoriente dedans, elle dira pas non a y lire Smile
Revenir en haut Aller en bas
Internet Puke
Admin
avatar

Nombre de messages : 10622
Age : 29

MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Mer 9 Nov 2011 - 15:04

RTH a écrit:
J'uploaderai ça ce soir, d'ailleurs je ferai bien un détail de l'ensemble des cours que j'ai pour les partager avec ceux qui s'intéressent au questions de l'éducatif adapté.

Wéééé fay pétay ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://jim-howl.tumblr.com/
Randall Kryllow
Parasite insatiable
avatar

Nombre de messages : 3128
Age : 579

MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Jeu 10 Nov 2011 - 20:58

C'est bien fait, ils avaient qu'à être riches ! Uriah

Je savais pas que ça se faisait ce trafiquage de bancs… Mais c'est complètement con, c'est pas parce qu'on dort sur un banc qu'on gène, moi je suis pas SDF & l'an dernier je dormais sur des bancs publics pendant les pauses entre 2 cours quand je commençais trop tôt ; & puis les chaises c'est n'importe quoi, ils font comment les amoureux pour s'asseoir sur un banc ?

Qu'on vire de là les SDF qui dorment devant l'entrée d'un immeuble & qui gènent l'accès OK, mais qu'on vire ceux qui sont tranquillement sur un banc c'est de la discrimination, assis ou couché dessus c'est pareil…

Je préconise l'instauration de places de parking pour les SDF qui restent trop longtemps sur un trottoir. Uriah

________________________________________
Le parasite est partout. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
"Je ne dors pas, je me suis mis en mode passif pour recharger mon potentiel énergétique."
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]M.I.A. coming back
with power power
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flood.fr/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Jeu 10 Nov 2011 - 22:38

Si je devais prendre en photo certaine chose en ville c'est bien la connerie des gens en matière d'ordure. Suffit de regarder un recup' verre avec des bouteilles juste posé à côté ou dessus. Suffit de regarder une poubelle sur la voie public avec des canettes posé dessus ou un sac macdo posé à côté. Voir des gens poser une bouteille de bière en verre sur un compteur électrique. etc etc etc...

Je trouve ça beaucoup plus révoltant que des bancs qui disparaissent.
Revenir en haut Aller en bas
Internet Puke
Admin
avatar

Nombre de messages : 10622
Age : 29

MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Jeu 10 Nov 2011 - 22:41

Ouais, mais c'est pas du tout le même débat.
Revenir en haut Aller en bas
http://jim-howl.tumblr.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Jeu 10 Nov 2011 - 22:44

On parle de l'espace urbain ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Jeu 10 Nov 2011 - 22:45

Sigvald a écrit:
On parle de l'espace urbain ?

On parle plutôt de l'aménagement du territoire plus que du comportement social au sein de l'espace urbain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Jeu 10 Nov 2011 - 22:54

Ah ^^ en attendant je trouve plus choquant le comportement des gens que l'aménagement de l'espace urbain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Jeu 10 Nov 2011 - 23:04

Sigvald a écrit:
Ah ^^ en attendant je trouve plus choquant le comportement des gens que l'aménagement de l'espace urbain.

Ça dépend quel aménagement. Globalement, les différentes politiques d'aménagement du territoire depuis les années 60 et l'influence "Le Corbusienne" sont catastrophique pour la cohésion et le vivre ensemble.

Le pire c'est que aujourd'hui encore, certaines politiques empêchent encore les habitants de certains quartiers (et je n'entend pas par là uniquement les cités, même si ce sont bien sur les premières concernées) de s'approprier les espaces de vie.

Suffit d'aller voir une séance de débat autour d'un projet de réfection d'un quartier d'une rue (etc...) pour se rendre compte de l'immense arnaque et écran de fumée qu'est la "démocratie participative" que l'on nous vend depuis une bonne dizaine d'années en matière d’aménagement urbain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Jeu 10 Nov 2011 - 23:08

Bah ouais mais ça on y peu rien ^^ ou alors faut faire comme tout ces gentilles personnes qui s'amusent à casser, saloper, pourrir et démonter ce qui fait parti de l'aménagement public ^^ donc c'est encore une histoire de comportement de vie social.
Revenir en haut Aller en bas
Azède

avatar

Nombre de messages : 4621
Age : 24

MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Jeu 10 Nov 2011 - 23:39

De toute façon la tendance aujourd'hui c'est de transformer l'espace public d'espace de rencontre en espace de passage d'une zone commerciale à une autre. Stationner, se rencontrer, discuter, former un "groupe de personnes" dans le sein de l'espace public c'est suspect. Ca contribue entre autre à enfermer les gens dans des sphères restreintes.

Sans parler des clodos. C'est facile de dire que se prendre la tête sur des bancs ça peut paraître inutile. Mais je ne sais pas si tu as déjà été en galère à chercher un endroit pour dormir dans une ville que tu ne connais pas en février : entre un banc et le sol, y'a plus qu'une différence. Y'a un monde.

________________________________________
Blog l'Enlivrée
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Potentissimus est qui se habet in potestate
Revenir en haut Aller en bas
http://lenlivree.blogspot.com/
Internet Puke
Admin
avatar

Nombre de messages : 10622
Age : 29

MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Jeu 10 Nov 2011 - 23:48

Exactement, j'aurais pas dit mieux.
Revenir en haut Aller en bas
http://jim-howl.tumblr.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Jeu 10 Nov 2011 - 23:54

J'ai déjà eu à errer dans une ville de nuit oui, personnellement il ne m'est pas venu à l'idée de dormir, que ça soit sur un banc ou par terre. Je préfère passer une nuit blanche qu'une mauvaise nuit. Ensuite, j'ai parlé des bancs parce que le débat se centrait sur la situation des SDF à ce propos précis. En virant cet objet, tu changes de contexte et tu me fais dire ce que je ne dis pas.
Revenir en haut Aller en bas
Azède

avatar

Nombre de messages : 4621
Age : 24

MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   Jeu 10 Nov 2011 - 23:58

RTH a écrit:
J'ai déjà eu à errer dans une ville de nuit oui, personnellement il ne m'est pas venu à l'idée de dormir, que ça soit sur un banc ou par terre. Je préfère passer une nuit blanche qu'une mauvaise nuit. Ensuite, j'ai parlé des bancs parce que le débat se centrait sur la situation des SDF à ce propos précis. En virant cet objet, tu changes de contexte et tu me fais dire ce que je ne dis pas.

Passes une nuit blanche si tu veux mais le SDF qui n'a pas le choix il faut bien qu'il dorme. En virant cet objet? Hein quoi? Je m'adressais pas spécialement à toi dans mon post c'était un "tu" général.

________________________________________
Blog l'Enlivrée
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Potentissimus est qui se habet in potestate
Revenir en haut Aller en bas
http://lenlivree.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain   

Revenir en haut Aller en bas
 
Analyse paranoïaque-critique de l’espace urbain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Enquête (Internet et paranoïa)
» La théorie du genre : réalité ou paranoïa ??
» Messieurs 88
» Questions/réponses
» François Asselinau : dernier gaulliste honnête ou paranoïaque ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Eclectique :: SOCIETE :: Société & Politique-
Sauter vers: